Centre Henri-Aigueperse UNSA Éducation

Centre Henri-Aigueperse
UNSA Éducation
Fondé sous l’appellation de Centre d’Histoire sociale, de Recherche, de Formation et de Documentation de la Fédération de l’Éducation nationale (CHSRFD-FEN)
Site de l'UNSA Éducation

Accueil > Actualités, notes et comptes rendus > Parutions, annonces de colloques, évènements > Ciné-Histoire : Germaine Tillion, la pensée en action (17 septembre (...)

Ciné-Histoire : Germaine Tillion, la pensée en action (17 septembre 2015)

lundi 31 août 2015 par Luc Bentz

« Germaine Tillion ou la pensée en action ». Une rencontre organisée le 17 septembre à 14h30 à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris (rue Lobau) par l’association Ciné-Histoire où sera évoqué l’assassinat de Château-Royal (assassinat des inspecteurs des centres sociaux-éducatifs qu’elle avait créés par un commando de l’OAS).

Plus de détails sur cette page.
Participation libre mais inscription préalable obligatoire (voir le lien ou ci-dessous).

INFORMATION ADRESSÉE PAR « CINÉ-HISTOIRE »

Ciné Histoire avait organisé le 6 mai dernier, une journée autour de la vie de Germaine Tillion. Mais, une journée ne suffit pas pour rendre compte des nombreuses actions qu’elle avait menées au cours de ses trois vies ! C’est pourquoi nous continuons, avec une séance prévue le 17 septembre à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville : Germaine Tillion ou « la pensée en action »

Cette séance sera consacrée à un évènement peu connu : l’assassinat, à la veille des accords d’Evian, de 6 dirigeants du service des centres sociaux éducatifs, dépendant de l’Education Nationale, qu’elle avait créé en 1955. C’était, disait-elle, l’action qui lui tenait le plus à cœur parmi toutes celles qu’elle avait faites.
Le 15 mars 1962 donc, ont été exécutés six inspecteurs du service des centres sociaux éducatifs dans les environs d’Alger. Tous enseignants, c’étaient des intellectuels qui n’avaient pour arme qu’un stylo. Trois français, trois algériens, hommes de « bien » et de culture, qui œuvraient pour une fraternité franco algérienne. Après avoir été appelés par leur nom suivant une liste préétablie, ils ont été exécutés selon un plan minutieusement préparé, prémédité. La bêtise qui froidement assassine écrira Germaine Tillion. Pourquoi ? en raison de quoi ? et comment se fait-il que cinquante-trois ans plus tard ce crime soit toujours passé sous silence ?

C’est ce dont nous parleront :

  • Jacques Eloy, président de l’association Mémoire Vives qui retrace l’histoire des centres sociaux,
  • Alain Ruscio , historien , chercheur de l’histoire du colonialisme ,
  • Jean Philippe Ould Aoudia, président de l’association Les amis de Max Marchand, Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons.

Comme d’habitude des extraits de films dans lesquels Germaine Tillion s’exprime sur ce sujet seront projetés de même qu’une partie du film de Djamel Zaoui « l’OAS un passé toujours présent ».

Vous recevrez début septembre le programme de cette après-midi avec l’invitation
Nous vous espérons nombreux !

Entrée libre sur réservation indispensable nicoledorra[arrobe]gmail.com
Jeudi 17 septembre 2015 Auditorium de l’Hôtel de Ville 5 rue Lobau à 14h30


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP

Centre Henri-Aigueperse
UNSA Éducation (UNSA Éducation)
Directeur de publication : Luc Bentz