Centre Henri-Aigueperse UNSA Éducation

Centre Henri-Aigueperse
UNSA Éducation
Fondé sous l’appellation de Centre d’Histoire sociale, de Recherche, de Formation et de Documentation de la Fédération de l’Éducation nationale (CHSRFD-FEN)
Site de l'UNSA Éducation

Accueil > Histoire sociale et syndicale > Parcours militants (FGE, FEN, UNSA) > Du danger des anachronismes

Du danger des anachronismes

samedi 15 juin 2013 par CHA / UNSA Éducation

Nous évoquons ici quelques parcours militants en évoquant — parce qu’il faut faire des choix et gérer le temps — des militantes ou des militants ayant exercé des responsabilités au sein de la Fédération ou de ses syndicats — sous les appellations successives de celle-ci : Fédération générale de l’enseignement (FGE, 1929-1946), Fédération de l’Éducation nationale (FEN, 1946-2000), fédération UNSA Éducation. Certains de ces parcours militants commencent évidemment avant 1929 (création de la fédération), voire 1920 (création du Syndicat national des instituteurs) — et même 1905 (création de la fédération nationale des syndicats [départementaux] d’instituteurs ou 1901 (création d’associations professionnelles).

Il faut ici effectuer quelques rappels pour éviter aux lecteurs non familiers de l’histoire syndicale de fâcheux contresens par anachronisme, notamment sur les affiliations confédérales. Fondée en 1895, la Confédération générale du travail (CGT) était majoritairement anarcho-syndicaliste avant 1914. C’était le cas de son secrétaire général d’alors, Léon Jouhaux. Après la Première Guerre mondiale, elle était devenue réformiste eut son pendant du congrès de Tours avec la scission de 1921 qui vit syndicalistes révolutionnaires et communistes (la frontière était parfois floue) la quitter pour fonder la CGTU (avec U comme unitaires). Mais, même après que les communistes eurent pris le contrôle de la CGTU, la fédération unitaire de l’enseignement demeura majoritairement anarcho-syndicaliste. En 1935, les deux CGT fusionnèrent.

En 1948, la CGT éclate à nouveau — mais cette fois le communistes sont majoritaires. Les minoritaires qui la quittent créent alors Force ouvrière. La Fédération de l’Éducation nationale (et d’abord son principal syndicat, celui des instituteurs, qui a organisé un référendum) fait le choix de garder son unité en passant à l’autonomie et en acceptant le droit de tendance et, en principe, la possibilité d’une double affiliation individuelle à la confédération de son choix. En 1992, la FEN, que minaient les oppositions à la fois corporatives et de tendances, éclate à son tour (la FSU naît alors) et, sept ans après la création de l’UNSA (Union nationale des syndicats autonomes qui marque son retour à une affiliation interprofessionnelle de type confédéral, prend en 2000 l’appellation d’UNSA Éducation]. Il est toujours dangereux de plaquer sur le passé les représentations d’aujourd’hui : les militants socialistes, avant 1920, correspondent à la fois aux familles socialiste et communiste.

Il faut surtout se rappeler que les itinéraires individuels sont rarement linéaires. Au gré des engagements, des militants se croisent ou se recroisent dans des contextes différents. Les parcours commencés dans la CGT ou la CGTU d’avant 1935 ont pu se terminer dans l’autonomie de la FEN (qualifiée longtemps de « FEN autonome »), Les parcours commencés dans la FEN d’avant 1968 ont pu s’achever, chez des militants restés engagés syndicalement, à la CFDT (militants, essentiellement SNES, issus du courant « rénovation syndicale »), à la FSU — mais aussi parfois à FO (passage de militants, notamment trotskystes lambertistes à Force ouvrière) —... et naturellement à l’UNSA Éducation. De la même manière, certains moments sociaux intenses (on peut penser à 1995 et à 2003), ont provoqué des variations d’itinéraires. Quant à la génération entrée en militance après 1992, elle s’inscrit dans un cadre totalement différent et est appelée à construire sa propre histoire... ou plutôt ses propres histoires.

Luc Bentz


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP

Centre Henri-Aigueperse
UNSA Éducation (UNSA Éducation)
Directeur de publication : Luc Bentz