Centre Henri-Aigueperse UNSA Éducation

Centre Henri-Aigueperse
UNSA Éducation
Fondé sous l’appellation de Centre d’Histoire sociale, de Recherche, de Formation et de Documentation de la Fédération de l’Éducation nationale (CHSRFD-FEN)
Site de l'UNSA Éducation

Accueil > Actualités, notes et comptes rendus > Disparitions > Jeanne Vincent, dirigeante du SNI-PEGC (1931-2017)

Jeanne Vincent, dirigeante du SNI-PEGC (1931-2017)

dimanche 5 novembre 2017 par Luc Bentz

Jeanne VINCENT (1931-2017), Secrétaire générale adjointe
du Syndicat national des Instituteurs et Professeurs de Collège
(SNI-PEGC / FEN), nous a quittés le 29 octobre 2017. Les obsèques ont eu lieu le 2 novembre 2017.

JPEG - 103.2 ko
Jeanne Vincent à Marseille en 1984 (coll. Michel Vincent)

Jeanne Vincent était avant tout une pédagogue. Née d’un père immigré tchécoslovaque, artisan tailleur, et d’une mère bretonne, dans une famille de neuf enfants, elle avait été reçue au concours d’entrée à l’école normale d’institutrices de Rennes. Elle commença sa carrière en secteur rural et épousa Michel VINCENT en 1955. À partir de 1962, elle exerça à Rennes, en école maternelle puis élémentaire et devint, comme on le disait alors, institutrice d’école d’application (enseignante formatrice). Elle s’engagea en mutualité au niveau départemental, mais aussi dans le syndicat en siégeant au conseil syndical départemental du SNI au titre de la commission des maîtres-formateurs.

En 1979, elle fut élue au Bureau national du SNI-PEGC sur la liste majoritaire conduite par le secrétaire général Guy GEORGES et entra simultanément au Secrétariat national du Syndicat. Elle y avait la responsabilité des écoles maternelles et élémentaires et fut réélue dans cette fonction en 1982 avec le titre de secrétaire générale adjointe. Elle prit sa retraite administrative et syndicale en 1985. Pendant son mandat, elle siégea au conseil d’administration de l’Office central de coopération à l’ École (OCCE) ainsi qu’à celui de l’AMU-UMU (MAE). Dans la même période, elle fut appelé à siéger dans les instances fédérales nationales au titre du Syndicat.

Comme le précise la notice biographique du Dictionnaire Maitron que lui a consacrée l’historien Jacques Girault :

« Jeanne Vincent conduisit une recherche sur l’école rurale en France et organisa sur ce sujet un colloque du SNI-PEGC à Limoges en 1984.
 Jeanne Vincent participa aux travaux de la “mission école” initiée par Alain Savary, ministre de l’Éducation nationale en 1982-1983, et à la réflexion sur les contenus. Par ailleurs, elle fut chargée de dossiers pédagogiques (musique, histoire, éducation physique et sportive, éducation aux droits de l’homme).
 Jeanne Vincent coordonna les actions syndicales visant à promouvoir l’école maternelle et à améliorer son fonctionnement, notamment par la baisse des effectifs par classe et l’amélioration du taux d’encadrement. »

Avec le recul, on se rappellera surtout que, bien avant que le terme fût prononcé ou même inventé, Jeanne Vincent exprimait la recherche constante d’une école de la bienveillance. Bienveillance pour les élèves dans leur diversité et pour la prise en compte d’une complexité d’approches qui reste toujours un combat à mener. Bienveillance aussi pour les collègues, notamment les plus jeunes, aux conditions de travail desquels elle était très attentive. Ce fut en particulier le cas des titulaires remplaçants (titulaires « mobiles ») dont le dossier relevait de son secteur. Sa courtoisie et son sens de l’écoute n’excluaient pas chez elle la fermeté du propos quand il s’agissait de principes ou d’orientation syndicale, mais avec ses interlocuteurs, elle privilégiait la conviction.

Si l’on songe à la période au cours de laquelle elle exerça son mandat national, que de gouvernements et, notamment, de ministres de l’Éducation nationale, de coloration ou d’orientation différentes : Christian Beullac, ministre de Valéry Giscard d’Estaing et Raymond Barre, entre 1979 et 1981 ; Alain Savary, sous la présidence de François Mitterrand dans le gouvernement de Pierre Mauroy, à l’ère des grands chantiers, des espérances, mais non sans désillusions ; Jean-Pierre Chevènement, ensuite, à l’heure du reflux d’après-1984 dans le gouvernement Fabius.

Toujours, quelles que soient les circonstances, Jeanne Vincent usait d’arguments étayés pour défendre ses convictions, et surtout cette conviction si forte en elle qui s’appelle la promesse républicaine, qu’elle même incarnait, et qui reposait pour elle sur une école publique assumant mieux sa mission d’égalité et de justice sociale.

On nous permettra de conclure par cette reprise, avec l’autorisation de l’auteure, d’un échange privé avec Christiane Martel qui l’évoquait en ces termes :

« J’ai, quant à moi, eu la difficile tâche de lui succéder aux responsabilités : elle avait veillé à assurer le passage de témoin avec délicatesse et efficacité. »

Luc Bentz

Voir en ligne : Notice biographique de Jeanne Vincent dans le Dictionnaire Maitron

P.-S.

À titre de curiosité, on trouvera sur le site Persee.fr (articles scientifiques en accès libre), cet entretien croisé par la revue « Espace Temps » (fondée par des géographes de l’ENS de Cachan) avec quatre représentants du SNI-PEGC : Jeanne Vincent, Michel Gevrey (secrétaire national « Éducation »), Jean Guilloux (responsable des dossiers pédagogiques de L’École libératrice et Jacqueline Legrand (secrétaire de la commission syndicale natioonale de spécialité « classes élémentaires »). On y retrouve le caractère pragmatique et exigeant de Jeanne, son approche de praticienne aussi, dans un échange « daté » de 1980 et le contexte particulier d’une réforme en profondeur de la formation des instituteurs (formation en 3 ans avec DEUG spécifique).

Syndicat National des instituteurs (SNI-Pegc), Vincent Jean, Legrand Jacqueline, Guilloux Jean, Gevrey Michel. Ni aventure, ni sclérose. In : Espaces Temps, 14-15, 1980. « Ennui, gâchis, utopie. Histoire-géo/sciences sociales à l’école ». pp. 81-84.

Accès libre (téléchargement possible en PDF) :
www.persee.fr/doc/espat_0339-3267_1980_num_14_1_3092.



| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP

Centre Henri-Aigueperse
UNSA Éducation (UNSA Éducation)
Directeur de publication : Luc Bentz